PERSPECTIVES

Le magazine du cours FLFR 480-580 de NIU

Biographie imaginaire: la vie d’un esclave aux USA au XIXe siècle

En 1863, Juba était un esclave dans la plantation de William Thomas à Florence, Alabama, et  y  travaillait depuis dix ans.  Sa date de naissance est inconnue, mais il était né dans une autre plantation près de Memphis.  Il se comportait avec l’élégance de la royauté. Juba était consideré comme appartenant à la catégorie de «Jack,» l’un des trois grands types de personnalités d’esclaves que les romanciers et journalistes du Sud avaient créées.   Juba était le plus souvent de bonne humeur.   Son comportement joyeux le faisait aimer des autres, mais rarement des blancs. Un jour, le maître l’a entendu dire quelque chose de gentil à propos du diable .  Le maître a demandé: «Pourquoi dis-tu des choses gentilles à propos du diable?»   Juba a répondu, «Au cas où j’irai en enfer, je veux que le diable se rappelle que je parlais bien de lui.»  Il a vu la fin de l’esclavage.  Après la guerre civile, il a quitté la plantation pour chercher sa famille.  Il a trouvé du travail comme homme à tout faire.  Il a retrouvé trois de ses frères à Memphis, où il a  vécu jusqu’à sa mort en 1912.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 26 février 2014 par dans Biographies imaginaires, Printemps 2014, et est taguée , , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 18 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :