PERSPECTIVES

Le magazine du cours FLFR 480-580 de NIU

Biographie imaginaire : Jean-Jacques Tartempion (1765–1789), peintre et premier chasseur de chiens de Paris

A Paris Beau (1794), etching with hand coloring, James Gillray, The Fitzwilliam Museum

A Paris Beau (1794), etching with hand coloring, James Gillray, The Fitzwilliam Museum

La Jeunesse:  1765 – 1777.

Tartempion est né le 19 avril 1765, seul enfant de Caroline Desrochers et de l’artiste Pierre Tartempion.  Il est né dans la ville de Rocamadour, perchée sur une falaise de 120 mètre dans le sud-ouest de la France.  Les animaux domestiques étaient rares à Rocamadour.  L’imagination fertile du jeune garçon a pris de l’envergure, et dès 1770, Tartempion a ressenti une peur irrationnelle des animaux.  En novembre 1777, sa peur a atteint son apogée quand ses parents se sont tués dans un accident de calèche, causé par un chien errant qui s’est jeté sous les roues.   

L’adolescence et les portraits:  1778 – 1783

En janvier 1778, le jeune orphelin a été envoyé au village voisin de Léobard pour vivre chez les moines de L’abbaye de Sainte-Marie de Gourdon.  Consommé par sa haine des chiens, Tartempion souffrait de spasmes et d’hallucinations.  Un médecin a suggéré qu’il soulage son anxiété en utilisant son talent héréditaire pour la peinture.

A Leap of Faith, acrylics on canvasboard, George Underwood

A Leap of Faith, acrylics on canvasboard, George Underwood

L’abbaye, qui profitait du flot constant de riches pélerins, s’est fait une renommée de son portraitiste.  Entre 1779 et 1783, Tartempion a peint plus de 200 grands personnages de France, y compris Marie Thérèse, princesse de Lamballe (1780), et le général Antoine Desaix (1782).  Tartempion faisait preuve d’un réalisme extraordinaire, sauf pour une chose – les têtes des sujets étaient des têtes de chiens.  Les moines ont toléré cette bizarrerie jusqu’à la visite du pape.  Il a été tellement indigné par son portrait que Tartempion a été banni de l’abbaye.

Les dernières années:  1784 – 1789

En mai 1784, Tartempion est arrivé à Paris, qui se trouvait être envahi par les chiens.  En 6 février 1785, Tartempion a persuadé le prévôt des marchands que les chiens présentaient un risque pour la santé publique, et il est nommé le premier chasseur de chiens en titre à Paris.  Entre février 1785 et juin 1789, Tartempion a réduit le nombre de chiens de 1,164 à 29.  Mais malheureusement pour lui, son règne de terreur a connu une fin terrible.  En 14 juillet 1789, alors qu’il traquait une de ses victimes canines, il a été piétiné par une foule en colère.  Tartempion est mort juste au moment où la foule arrivait à la Bastille, avant de libérer sept prisonniers, et aussi 28 chiens.

Portrait of Pierre Seriziat (1795), Jacques-Louis David, customized by Valerie Leonard

Portrait of Pierre Seriziat (1795), Jacques-Louis David, customized by Valerie Leonard

Thierry Poncelet

Thierry Poncelet

Unknown title; customized by Valerie Leonard

Unknown title; customized by Valerie Leonard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 mars 2014 par dans Biographies imaginaires, Printemps 2014, et est taguée , , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 18 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :