PERSPECTIVES

Le magazine du cours FLFR 480-580 de NIU

Critique de Film – Born on the Fourth of July

Il y a une phrase qu’on dit souvent en anglais dans des situations précaires ou difficiles : « Life is war » (La vie, c’est la guerre). Cela nous dit que la vie peut nous donner des difficultés inattendues et qu’il faut les traverser pour survivre. C’est une phrase qui peut paraître inoffensive, mais c’est complêtement différent quand il s’agit d’expériences réelles de soldats. Born on the Fourth of July, film écrit conjointement par Oliver Stone et l’écrivain Ron Kovic, décrit l’histoire de Ron Kovic (joué par Tom Cruise) pendant la Guerre du Vietnam, une guerre qui a divisé son pays entre ceux qui supportaient la guerre contre une armée rouge et ceux qui s’y opposaient, surtout à cause des images violentes qui étaient montrées à la télévision. Le film décrit la vie d’un homme qui est devenue elle-même une guerre – contre ses ennemis et contre lui-même.

Source : moviestarspicture.com

Source : moviestarspicture.com

Le film commence dans la tranquillité. Monsieur Kovic est un jeune homme à l’école qui fait de la lutte, a une grande famille simple et aimante, et qui tombe amoureux d’une belle fille. Un jour, des soldats viennent pour enrôler des jeunes dans l’armée avec la possibilité d’une guerre potentielle contre l’ennemi rouge, le communisme. Attiré par son sens de la justice et son patriotisme, il quitte sa famille pour partir à la guerre, une décision qui aura des conséquences profondes sur sa vie à bien des niveaux. Bien qu’il soit loyal à son pays, il se rend compte que la guerre est une erreur de la part de son pays qui tue d’innombrables soldats et civils innocents. Aprés des galères personnelles, cette prise de conscience lui donne l’occasion de lutter contre la guerre et de devenir un porte-parole du pacifisme.

La façon dont on voit comment Kovic se débrouille à la guerre est presque irréelle. On voit qu’il en revient mais qu’il a perdu son innocence et sa naïveté patriotique, et les a remplacés par le scepticisme et des addictions qui font dérailler ses chances de vie « normale. » On peut voir les galères des soldats après la guerre et comment il leur faut s’habituer à une vie sans armes ni danger, la difficulté de trouver des remèdes au stress post-traumatique, et une époque où les soldats ne reviennent pas forcément en héros.  L’adaptation du livre est précise car l’écrivain s’est battu dans et contre la Guerre du Vietnam. Le film est valable en tant que documentaire culturel et historique  pour des générations à venir. Born on the Fourth est un classique qui documente ce qui se passe quand la vie devient une guerre elle-même – et comment un soldat peut y survivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 14 mars 2014 par dans Critiques, Printemps 2014, et est taguée , , , , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 18 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :