PERSPECTIVES

Le magazine du cours FLFR 480-580 de NIU

Critique de Métronome: L’histoire de France au rythme du métro parisien de Lorànt Deutsch

Utilisé par plus de 1,5 millions de voyageurs chaque année1, le réseau du Métro est une facette emblématique de Paris.  Un livre qui porte le titre Métronome: L’histore de France au rythme du métro parisien, devrait tout autant plaire aux Parisiens qu’aux touristes.  En fait, plus de 335.000 exemplaires ont été vendus pendant les six mois qui Couverture_Metronomeen ont suivi la sortie2.  Cependant, ce qui est inattendu est que l’auteur Lorànt Deutsch n’est pas historien, mais acteur, comique, et « juste un passionné »3 de l’histoire de France.  C’est peut-être cette fusion inhabituelle qui contribue à la réussite commerciale du livre, et aussi à certains échecs de style.

Dans l’introduction, Deutsch décrit l’objectif du livre ainsi:  « Mon livre veut être, en quelque sorte, un instrument qui marque la mesure et rythme le temps.  Je vous propose donc d’avancer siècle par siècle, grâce aux stations de métro: une station de métro pour chaque siècle, afin de mieux nommer et situer l’histoire » (p. 11).  Il commence par Cité et finit à La Défense, s’arrêtant en chemin à Notre-Dame-des-Champs, Saint-Martin, et La Chapelle.  Alors que Deutsch consacre une station de métro par siècle, sa sélection d’arrêts et son texte sont presque toujours fortement influencés par le catholicisme et son impact sur l’histoire de France.  Deutsch aurait pu montrer un aspect différent de l’histoire en choisissant un arrêt comme Bir-Hakeim pour raconter de la présence française en Afrique du Nord. 

De temps en temps, Deutsch entre dans les détails trop précis.  Un exemple de cette tendance se produit dans le chapitre consacré au « 6e siècle/Saint-Michel-Notre-Dame. »  Deutsch ne discute pas seulement de Clovis, le premier roi chrétien, mais aussi du sort de chacun de ses quatre fils, Thierry, Clodomir, Clotaire, et Childebert qui’ils n’ont jamais accédé au trône.  Ces digressions nuisent à l’œuvre et remettent en question la crédibilité de Deutsch lorsqu’il fournit des citations telles que « Je ne croirai plus que j’ai perdu mon fils Clodomir si je vous vois lui succéder dans son royaume » (p. 102) sans citer ses sources.

Dans certains chapitres, comme « XVIIe siècle/les Invalides », l’écriture de Deutsch est brillante.  Il décrit habilement la juxtaposition de la grandeur du Roi-Soleil avec la misère des soldats qui ont combattu pour sa gloire.  « Sur le plan humain, le roi est un peu ébranlé.  Sur le plan politique, il est catastrophé (p. 313).  Deutsch poursuit non seulement son récit historique du plan et de la construction de l’Hôtel des Invalides, mais il dénonce aussi la souffrance de ses habitants.  En définissant ce complexe comme « signe visible d’un éclat militaire qui dissimule sous ses ors le sordide et le sinistre de la guerre (p. 320), Deutsch y voit une tache sombre sur le passé de la France souvent ignorée par les livres d’histoire.

En associant le réseau du Métro d’aujourd’hui à la France d’hier, Deutsch nous offre un livre d’histoire à l’attrait vaste.  Cependant, sa sélection de stations et d’événements historiques en ignore de majeurs, telles que l’occupation des Nazis pendant la deuxième guerre mondiale, ou la situation économique de la population immigrée au XXIe siècle.  Par conséquent, le livre ne reflête pas l’histoire complète de la France, mais plutôt ses aspects qui passionnent Deutsch.

Sources:

(1)  « The Metro:  a Parisian Institution. »  RATP, n.d.  Web.  22 fév 2014. .

(2)  Devarrieux, Claire.  « Classement Datalib des ventes de livres. »  Libération.  Libération livres.  4 mars 2010.  Web.  22 fév 2014.  <http://www.liberation.fr/livres/2010/03/04/classement-datalib-des-ventes-de-livres_613174&gt;.

(3)  « Lorànt Deutsch continue l’histoire en BD. »  Le Parisien.  Loisirs et spectacles.  27 nov 2012.  Web.  22 fév 2014.  <http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/lorant-deutsch-continue-l-histoire-en-bd-27-11-2012-2358609.php&gt;.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 mars 2014 par dans Critiques, Printemps 2014, et est taguée , , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 18 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :